ON PARLE DE NOTRE DOCUMENTAIRE AMOUR COUGAR : AU-DELÀ DU MYTHE DANS LA PRESSE

QUAND L’AMOUR N’A PAS D’ÂGE DE EVELYNE AUDET, LA PRESSE

« Cougar » est le terme choisi pour qualifier ces femmes plus âgées, libres et sexy qui aiment la compagnie d’hommes plus jeunes. La journaliste et animatrice Karima Brikh s’est intéressée à ce phénomène sociétal encore tabou dans son tout premier documentaire, présenté ce soir à ICI Radio-Canada Télé. Entrevue.

D’OÙ EST VENUE L’IDÉE DE SE PENCHER SUR CE SUJET ?

Ce qui m’intéressait au départ, c’est la façon dont on perçoit la femme « vieillissante ». On dirait qu’on a toujours la même image, le conditionnement que la femme qui vieillit perd ses attraits, diminue de valeur, et je trouvais ça déplorable. C’est comme si vieillir était quelque chose de menaçant. Je trouvais que la figure de la cougar allait à l’encontre de cette image. Il s’agit de l’inverse, de la femme indépendante, autonome, qui va vers les hommes plus jeunes, mais dont ces jeunes hommes sont attirés vers elle, ce qui est à contre-courant par rapport au jeunisme qui est ambiant. J’avais envie d’aller voir de plus près ce que ces femmes vivaient et si cela correspondait au mythe et à l’image qu’on a.

Y AVAIT-IL UNE DÉMARCHE PERSONNELLE SOUS LA DÉMARCHE PROFESSIONNELLE ?

Oui, évidemment, ce genre de sujet part nécessairement de nos interrogations ou de nos obsessions personnelles. Et la question de la place des femmes qui vieillissent dans la société est quelque chose qui me touche. Cela partait probablement d’une peur inconsciente que j’ai, à savoir si cette menace de vieillir est réelle. Mais je crois que cette peur n’est pas unique à moi. Sans dire que toutes les femmes ont cette peur, je crois que cela demeure une préoccupation assez généralisée.

Même si, en 2018, les femmes sont autonomes, ont un travail qu’elles aiment et plusieurs possibilités, je pense que, malgré tout, le poids et la pression sont encore un peu plus forts de leur côté. Je trouve que malgré les exploits formidables que font les femmes, on les ramène encore beaucoup au physique. Mettre de l’avant la cougar me permettait de faire contrepied à ces idées et stéréotypes.

D’UN POINT DE VUE JOURNALISTIQUE, COMMENT ON SE SENT D’UTILISER LES EXPRESSIONS « COUGAR » ET « MILF » DANS UN DOCUMENTAIRE ?

C’est certain que c’est étrange, mais en même temps, il fallait absolument que j’établisse les termes dans les règles de l’art. Je me suis donc référée à des définitions qui sont dans le dictionnaire ! La cougar fait référence à une femme de plus de 40 ans qui fréquente des hommes notablement plus jeunes qu’elle. La MILF (de l’anglais « mother I’d like to fuck ») signifie une mère avec qui un jeune aimerait avoir des relations sexuelles. Voilà donc les deux concepts expliqués de façon très mécanique.

Mais j’ai réalisé que la plupart des femmes détestent le mot cougar, car elles le trouvent trop caricatural et elles y voient une connotation de prédatrice, de chasseuse, même de menaçante. Alors que ce serait plutôt l’inverse. Selon elles, ce sont souvent les jeunes hommes qui vont vers elles, alors que les hommes de leur âge ne les regardent plus. Du côté des hommes, c’est devenu un fantasme pour beaucoup de jeunes, et le fait que ce soit devenu cool et populaire a, d’une certaine façon, autorisé les femmes à s’assumer et aller vers cela.

S’AGIT-IL D’UN SUJET TABOU ?

Pour moi, au départ, ce ne l’était pas, c’est pour cela que j’ai voulu l’aborder. Mais je me suis rendu compte que, même en 2018, le désir féminin dérange. Il y a toujours une diabolisation de cela. L’image qu’on a des femmes vieillissantes et des rôles sexuels est encore très définie et très caricaturale. On voit encore la femme vieillissante comme une femme qui n’a plus de désir sexuel, qui devient un peu invisible. Ou, à l’inverse, la femme plus âgée qui a des désirs sexuels assumés devient ce cliché de la femme cougar prédatrice, obsédée ou nymphomane.

On a encore du mal à accepter que ces femmes soient encore actives et attirées par des jeunes hommes qu’elles trouvent beaux et séduisants, tout simplement.

CE DOCUMENTAIRE VOUS A-T-IL PERMIS DE RÉALISER CERTAINES CHOSES ?

Oui ! Mes recherches m’ont permis de rencontrer des jeunes hommes qui ont longtemps caché leur relation avec une femme plus âgée qu’eux. En parler serait devenu un genre de coming out. Ils avaient une certaine peur. Et du côté des femmes, la question qui revient le plus souvent est à savoir si elles ont peur de se faire laisser pour une plus jeune. Ce que cela m’a fait réaliser, c’est que peu importe l’âge, on n’a pas plus de garanties. Si la relation a à fonctionner, elle fonctionnera si la connexion est là et qu’une relation à long terme est pour se dessiner, peu importe l’âge des partenaires. Les enjeux ne sont peut-être pas les mêmes, mais la garantie, elle, n’est pas plus là.

QUEL EST LE VERDICT SUR L’AMOUR COUGAR ?

C’est que la situation va se produire de plus en plus souvent. Évidemment, c’est loin d’être scientifique comme prévision, mais c’est un fantasme que plusieurs jeunes hommes aimeraient réaliser. De leur côté, plusieurs femmes plus âgées sont au sommet de leur carrière. Elles sont de plus en plus en forme, actives, sportives, allumées. Elles assument leur corps et sont moins dans les complexes. Alors dans ce contexte, il y a une rencontre entre le fantasme masculin et une conjoncture du changement sociétal chez la femme et je crois que cela fait un petit match parfait. D’un point de vue personnel, je trouve cela plutôt rassurant.

Le documentaire Amour Cougar : au-delà du mythe est présenté ce soir, à 21 h, à l’émission 1001 vies, sur ICI Radio-Canada Télé.

Source: https://plus.lapresse.ca/screens/cb906f99-0555-4d06-a0d5-0b18b1600f95__7C___0.html?utm_medium=Facebook&utm_campaign=Microsite+Share&utm_content=Screen

5 janvier 2018
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.